Entre deux eaux, entre deux Flo, entre deux temps, entre un avant et un après, dans un présent qui file.
Etre entre deux c'est ne pas savoir si l'on est vraiment, c'est ne plus être soi-même sans pour autant être un autre, c'est exister tout simplement, privé de ses repères, privé de ses certitudes, privé d'objectif.
Etre entre deux c'est à la fois plaisant, comme un vent d'insouciance, et prodigieusement flippant, comme un vent de non être, comme un temps de paraître.
Etre entre deux c'est être ouvert aux autres, c'est découvrir des gens, des univers, des possibles peut-être. Etre entre deux c'est être fermé à soi, c'est refouler ses certitudes, c'est refouler ses constitutifs, ses principes, c'est ne plus savoir qui l'on est.
Etre entre deux c'est être gris, ni le yin ni le yang, ni le bien ni le mal, ni la joie ni la peine, c'est le temps du nini, c'est le temps des dénis, déni de ce que l'on a été, déni de ce qu'on a cru, des ni de toute chose, privé de nid?
Entre deux sans objectif, entre deux sans objet, entre deux est le vide, entre deux est l'univers, tel le serpent qui se mort la queue, entre deux est un tout fait de rien, comme un brouillard, comme un souffle, entre deux se répand...