C’est la nouvelle année...
Que l’on le veuille ou pas, elle est arrivée, tranquillement, sans se soucier de nos maux ni de la fin du monde, elle est là !
Alors, les familières habitudes nous conduisent à de convenues embrassades : « réjouissons nous de cet évènement si inattendu : le nouvel an ! »
Et pour cette année, on souhaite, aux autres, mais à soi-même en priorité, tant de bonnes choses que l’on espère, de bonheurs et de joies, et la santé, bien sur...
Je n’aime pas !
Bien sur je désire que les personnes pour lesquelles j’ai de l’affection soient bien, mais je n’aime pas cet excès de congratulation, cette ambiance festive, ce besoin de conjurer le mauvais sort, cet instant de lâcheté fasse à la vie et ses traîtrises !
Je ne crois pas !
Pas plus en Dieu qu’aux vœux du nouvel an, je ne crois pas en ces jérémiades : mon ami, si tu veux que ton année sois bonne, commence par te prendre en main !
Alors, chères lectrices, cher lecteur, je ne vous présente pas mes vœux, et je ne vous souhaite aucune réussite que vous ne mériteriez pas !
Ne me remerciez pas, c’est avec plaisir.